Hip Hop Game : les filles, on dit quoi ?!!

« Only female in my crew and I kick shit

Like a n*gga do, pull the trigger too, FY ! »

Lil Kim avait tout dit ou bien ? 

Hé bien …. nous allons le découvrir ensemble les amis au travers de cette enquête spéciale, de l’article ci-présent ayant pour ultime objectif de répondre à cette question métaphysique suprême Hip Hop Game ( ahem) :  les filles, alors on dit quoi mes gueules?!!!

Parce que dans ce vaste océan bonhommé, dans cet univers aux codes strictly muchachos qu’est le Hip Hop, eh bien certains sont… des « certaines » ! Des nanas, des muchachas, des gals,  des chicks, des feeeeeeeeeeeeeeeeeemmes.

Si si je vous assure, j’en vois là-bas rouler des yeux du genre « même pas vrai », mais si c’est vrai d’abord !

Même si comme ça, quand on dit Hip Hop, et encore plus quand on dit Hip Hop Game,

(Entre nous, ça veut dire à peu près la même chose hein : parler de l’un, c’est parler de l’autre ! On sait tous qu’ils sont comme mari et femme ces deux-là, unis pour le meilleur et pour le pire !…En plus j’sais pas si vous avez remarqué mais le mot « Game » amène un côté super grave au bordel, super sérieux… alors que, si on y pense, ça devrait pas puisque « Game » ça veut dire « jeu » et que le « jeu » eh bah, par définition c’est pas sérieux… #enigme #tropdequestionspourcesoir #onverracaplustard)

Donc ouais même si quand on dit Hip Hop GAME, bah on pense plus  à ça :

qu’à ça :

Eh bien il y a, informons dès maintenant les non-informés, comme qui dirait une sorte d’entre-deux, et, dans cet entre-deux, eh bah il y a ces fameuses « certaines », ces feeeeeeeeeeeeeeeeeemmes.

Et, qu’est-ce qu’elles font là ces « certaines » ? Eh bah différentes et multiples choses, des fois t’as vu elles rappent, des fois t’as vu elles dansent, des fois t’as vu elles dj, des fois t’as vu elles graffent…

Tout pareil que les garçons quoi ? Ouais, voilà c’est ça tout pareil que les garçons. Ou presque, t’as vu.

BON ON VA COMMENCER À SE RÉPÉTER, MAIS : THIS IS A MEN’S WORLD QUAND MÊME

Quoi que…Street Art version lady !  Ici : Sand One.

Je sais que dire que : le Nutella, les Barbies, le rose bonbon et les chansons de Justin Bieber  c’est pour les filles ; et que le chorizo, les Lego, le bleu marine et les chansons de Justin Bieber  c’est pour les garçons,  eh bah c’est… « démodé » voilà c’est ça le mot !

On a tous compris maintenant : l’égalité des sexes, la théorie du genre toussa, toussa…#fucklesstereotypes #mortauxintolérants #mortaussiauxgensquicomprennentpasquilfautcomprendre  #lhistoireanciennecestdelhistoireancienne #lemaintenantcestlemaintenant #toussatoussa

Herakut – Le M.U.R. N°195 – Work in process – Rue Oberkampf 11è – Octobre 2015

Et là Hera du crew Herakut.

Mais si on sort du souci de bien-pensance modernité, vous voyez, si on s’autorise à élaborer librement, au risque d’être télétransporté au XIXe siècle, ben la vérité à la base : le Hip Hop c’est un de truc de gars non quand même ?

Ouais, à la BASE, à la base de BASE t’as vu, la BASE solide celle qui soutient le fondement, celle qui accueille le commencement, celle qui sert de siège au socle quoi t’as vu, eh bah à cette BASE, cette BASE bien costaude et fondée : le Hip Hop c’est un ke-tru inventé par les mecs !

Et on pourrait même ajouter si on était mesquin : POUR les mecs. Point barre t’as vu.

Vous ne me croyez pas ? Bon tant pis je vais devoir employer les grands moyens et…sortir les chiffres !  

On est d’accord que dans la culture Hip Hop, ben la musique, le rap principalement : c’est le cœur de tout ? Pour moi en tous cas, en tant que danseuse urbaine, ça l’est – eh ouais Roberte pas de son pas de danse ! Et franchement, je pense que le graffeur, le styliste ou le dj Hip Hop qui dira qu’il peut se passer de rap…ben il est pas Hip Hop c’est tout (oui oui je sais #mortsauxintolérants mais quand même…il y a des limites lol) !

Donc, le rap eh ben c’est en gros la BASE du Hip Hop, son essence, et sachez, pour en revenir aux chiffres donc, que, d’après une enquête de LINDSAY il n’y aurait que 0,0000793000000 % de protagonistes féminins dans les clip-eu de rap !

 Mais quand elles sont là…aïïïe elles font mal ! Puissance enjaillante brute ! #LOURD #didnttheytellyouthatiwasasavage

Et, attention, LINDSAY a bien dit PROTAGONISTES = personnages principaux ! Donc toutes les jolies filles en string et stilettos gigotant en arrière-plan dans des manoirs, des lambos, des piscines ou autres jacuzzis  n’ont pas été comptées dans cette enquête exclusive de LINDSAY !

En tous cas, vous avez vu 0,0000793000000 %, ça fait pas beaucoup hein ?

Et puis j’ai pas réussi à obtenir les chiffres pour les autres activités Hip Hop, mais bon à vue d’œil comme ça, on doit taper dans du kiff-kiff bourricot !

OUAIS MAIS UN TELLEMENT COOL WORLD !

Franchement c’est vrai que les gars, quand ils ont fabriqué le Hip Hop au tout début, ils se sont pas dit : « Ouais on pourrait aussi demander aux filles de venir, peut-être qu’elles pourraient nous donner des idées… niveau textes, déco de clips, coiffure, maquillage…la touche féminine et tout pas vrai Maurice hein ? !»…

Mais, il faut le dire, ils ont quand même fait du bon boulot : le Hip Hop ça déboîte !

Preuve en est : regardez-moi cette tuerie ! #hot #telltygawefoundher

Non c’est vrai quand même. Et, vous savez quoi : le kiff n’a pas de genre ! Sérieusement ! 

Quand je pense à certains yeux qui s’écarquillent tout grand d’incompréhension  quand je leur dis que je suis danseuse Hip Hop …

(Ou plutôt au moment où les cerveaux reliés à ces yeux réalisent que par danse je n’entends pas secouage frénétique de fessier ou déhanchement lascif autour d’une barre verticale ; et que par Hip Hop j’entends plutôt Gucci Mane, que…

Mince, me voilà bloquée… me refusant à désigner arbitrairement quiconque je suis obligée de vous parler en rébus…par Hip Hop, j’entends en général plus Gucci Mane donc que : toute musique = débit très très rapide + instru Funky-EDM-Pop-Kpop-Reggaeton + beaucoup de + paillettes à gogo + un peu de ça aussi  …)

… Ils ont cru quoi ces yeux et ces cerveaux étonnés,  la vérité ? ! Quand tu trouves qu’un machin déchire, tu te demandes pas si t’es un bougre ou une go : t’y vas c’est tout !

Ça aussi ça pèse hein ! Et les esprits mal placés-là (oui oui je vous vois )… « catch a lick » ça veut dire faire de l’argent, de la thune, du biff… okay ? ! #DOPE

Et comme, le Hip Hop, c’est la meilleure chose de l’univers tout entier : ben plein de nanas (enfin peut-être pas plein PLEiiIN, mais en dehors de la lumière magique et hypnotique des grands médias, un petit paquet quand même) de cet avis aussi ont voulu être de la partie !

Voilààààààààà ! Plus on est de folles plus on rit ! J’sais pas vous mais moi j’suis en kiff ! #GALPOWA #BOSSCHICKS

MAIS CA DONNE QUOI VERSION FEEEEEEEEEEEEEEEEMES ALORS ?

Bah, j’pense que vous commencez à voir où je veux en venir : ça donne tout un tas de belles choses.

Des jolies poupées qui kickent sévèrement par exemple ! #FIRE #sexythug

Niveau musique, à moins d’être resté branché à radio Nostalgie les dix dernières années, on connait les cadorettes du rap, les papesses, les stars : Missy Elliott, Lil Kim, Queen Latifah, Nicki Minaj, Da Brat, Mc Lyte, Eve, Remy Ma, Dej Loaf, Mc Lyte, Foxy Brown, Young Ma…

Mais il y en a d’autres, qui envoient du bien lourd aussi ! Et avec tout un tas de styles différents !

Bon il faut pas se leurrer, les codes du Hip Hop étant ce qu’ils sont : il y a des choses auxquelles on ne peut pas échapper. Donc par exemple, ben les premières nanas qui se sont lancées en tant que MC étaient assez « garçon manqué », niveau sapes, lyrics, attitude…

Et puis, peu à peu, les choses ont changé, et se sont ma foi « féminisées » !

Mais dans le fond, l’industrie Hip Hop restant une industrie à prédominance masculine, ses valeurs et ses références le restent tout autant.

Pour être Hip Hop, en tout cas pour acquérir une crédibilité aux yeux des grandioses « ceux » qui décident de qui l’est ou pas, on a plutôt intérêt à être : #tough #real  #ghetto #strapped…

En français : un(e) gros(se) dur(e), issu(e) si possible d’un milieu dont la dangerosité est validée par tous,  prêt(e) à tirer musicalement – ou plus si affinité – parlant sur tout ce qui se présente en travers de son chemin.

Donc quand Lil Kim dit : “Only female in my crew and I kick shit like a n*gga do, pull the trigger too, FY !”…eh bah elle est juste en train de kicker méchamment !

Toujours dans la Hip Hop tradition, eh bien concernant par exemple ce fameux « Game » sans qui le milieu ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui, les meufs ne sont pas en reste : la compétition est lààà ! Comme vous le savez, les « beef » de rappeuses, pffou ce n’est pas ce qu’il manque !

Et, les garçons doivent aussi sûrement se sentir rassurés quand ils voient que loin de vouloir casser les coutumes qu’ils ont instaurées, les filles quand elles rappent n’hésitent pas à s’appeler elles-mêmes « bitches» .

Attention toutefois, pour que cela soit un « compliment », il faut faire précéder ce mot d’un adjectif rappelant qui est la Boss, ce qui donne du : « bad bitch », « real bitch », « rich bitch »…

(Je tiens toutefois à préciser pour les messieurs qui liraient cet article et à qui il viendrait l’idée d’aller flatter leur chérie de la sorte,  que le « bitching » est un jeu très complexe qui ne se manie pas à la légère. D’abord, CERTAINES filles seulement aiment y jouer, et même-là les règles restent très subtiles ! Généralement seules elles-mêmes donc, et quelques très proches amies, sont autorisées à utiliser ce mot, et des fois ça part en vrille quand l’une trouve que l’autre a dit « bitch » mais de la mauvaise façon, du genre pas « bitch » mais « biiiiitchhh » par exemple…

Donc, quiconque voudrait envoyer du « bitch » à une nana non avertie, même dans une très gentille intention de flagornerie ou de félicitation, s’exposerait sûrement à un aller-retour de gifles lourdes et griffues en règle !)

Ah la la c’est compliqué tout ça hein…

Bon pour en revenir à nos moutons et pour conclure aussi, parce que ça donne mal à la tête de raconter toutes ces bêtises  : le Hip Hop c’est une super culture qui fait émerger pleins d’artistes hyper talentueux, dont certaines femmes qui ont choisi ce milieu…tout simplement pour les mêmes raisons que les gars le font : quand c’est lourd, c’est lourd !

Allez un petit Gucci Mane pour finir ? Maiiis… c’est pas une fille ?! On sait Jeanine mais là il accompagne : la supa cool Dreezy !!! #LIT

On peut quand même constater une sous-exposition de la gente féminine mais, vous-même vous savez maintenant, même  en petit nombre, sous les spotlights ou en underground ça déchire sec !

Donc en définitive : les filles, on dit quoi ? Bah, on dit qu’on est là mes gueules !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *